Skip to content

BURN-IN® du 2 novembre : Goûtons HARMONIE de l’harmonie et de son contraire…

octobre 27, 2017

Hello Toi !

C’est à l’harmonieuse jonction de la Sarine et de la Singine que nous allons célébrer la Vie, avec HARMONIE !

 

HARMONIE m’a inspiré ce programme pour le BURN-IN® du 2 novembre avec comme moyens d’expression souffles/ sifflements et touchers / caresses

Dans le silence de paroles, et l’harmonisation des contraires, goûtons ensemble :
Etonnante Harmonie
Harmonie dans et avec la nature
Harmonie avec les autres
Harmonie avec soi-même
Harmonie avec l’AUTRE
Pont sur le futur

Merci de prendre quelques bûches pour notre feu (il n’y a pas de forêt dans les environs) , habits ( en fonction de la météo ), bons souliers, thé chaud et lampe frontale
Il n’est pas nécessaire de savoir siffler : susurrer ou siffloter ou murmurer suffit !
Lieu et heure de rendez-vous, quelle que soit la météo : le jeudi 2 novembre à 19h00 à Fribourg, au parking de Conforama, (Portes de Fribourg, Terminus de la ligne TPF 1) ou à 19h15 à la gare de Laupen. Mes honoraires d’animation sont comme d’habitude, au chapeau
A bientôt peut-être !
Chaleur eusement

Josy

———————————————————————————————————————————————–

TEXTES INSPIRATEURS

Chapitres

1. Harmonie ? Harmonie de contraires ?

2. Harmonie dans et avec l’univers

3. Harmonie dans la création artistique

4. Harmonie avec les autres

5. Harmonie avec soi-même

————————————————————————————————————————————————————-

  1. Harmonie ? Harmonie de contraires ?

Dans la mythologie grecque, Harmonie était la fille d’Arès, dieu de la guerre, et d’Aphrodite, déesse de l’amour, deux divinités de nature opposée. …

…Le mot «harmonie» est défini généralement comme «le rapport heureux entre les parties d’un tout (formes, couleurs, sons, rythmes, etc.), en particulier d’une œuvre artistique». …

Une autre définition du mot «harmonie» … : «État des relations entre des personnes ou dans un groupe humain, qui résulte de l’accord des pensées, des sentiments, des volontés».

Serge Toussaint

-.-


La notion d’harmonie est tout à fait relative dans le temps ; les règles de l’harmonie ont évolué au fil des siècles. Ce qui nous paraît juste maintenant ne le paraissait pas forcement il y a quelques siècles, et vice-versa. Elle est également différente selon les cultures, ce qui permet d’avoir une diversité musicale incroyable entre les différentes régions du monde…..

https://www.easyzic.com/dossiers/qu-est-ce-que-l-harmonie,h146.html

-.-

600 ans avant J.-C. Lao-tseu nous dit :

En effet, le caché et le manifeste naissent l’un de l’autre.
Le difficile et le facile se complémentent l’un et l’autre.
Le long et le court se montrent l’un l’autre.
Le haut et le bas se définissent l’un par l’autre.
La voix et le son s’harmonisent l’un et l’autre.
L’arrière et l’avant se suivent. 

Rien ne peut être pensé sans son contraire ou la complémentarité est la base où s’équilibre l’harmonie de l’univers.

François Brooks
http://www.philo5.com/Cogitations/081012LoiDesContraires.html

-.-

  1. Éloge du Chaos

En matière de philosophie comme de religion, il existe 3 principales écoles de pensée …. Chacune de ces écoles se distingue de par son appréhension de l’existence. La première école conçoit l’univers indifférent aux joies et peines de l’humanité…. La seconde école envisage une humanité ployant sous le fardeau de la souffrance de la culpabilité, du péché et du désir, pour elle le chaos constitue la punition suite à la rupture de l’ordre initial. La troisième école considère le chaos comme une part intégrante de la créativité, de la liberté et de l’évolution. ….

La déesse du chaos Eris dit : “Je suis le chaos. Je suis l’esprit avec lequel tes enfants et les fous rient dans une joyeuse anarchie. Je suis la muse d’où les artistes et les savants extraient leurs œuvres. Je suis le chaos. Je suis vivante et t’annonce que tu es libre.” 


http://libertariens.chez.com/chaos.htm

  1. Harmonie dans et avec l’univers

Débarassée de son carcan déterministe, la Nature peut donner libre cours à sa créativité. Les lois intemporelles de la physique lui fournissent des thèmes généraux autour desquels elle peut broder et improviser. Elles délimitent le champ du possible et offrent des potentialités. C’est à la Nature de les réaliser. C’est à elle de décider de son destin et de définir le futur. Pour fabriquer la complexité, la Nature va miser sur le non-équilibre, dans la mesure où les structures ne naissent qu’à partir de situations hors d’équilibre. La symétrie n’est intéressante que dès l’instant où elle est brisée. C’est éloignée de l’équilibre que la matière génère de l’inédit. L’ordre parfait est stérile, alors que le désordre contrôlé est créatif, le chaos déterministe, porteur de nouveautés.

Trinh Xuan Thuan, Le Chaos et l’Harmonie / La fabrication du Réel

-.-

Un écosystème peut être une forêt, un océan, un désert, un grand lac, etc…
Un écosystème est représenté par tous les éléments vivants (animaux et végétaux) et non-vivants (eau, sol, soleil, température) de ses nombreux habitats et par toutes les relations qu’il peut y avoir entre eux. En fait, chaque élément a un rôle à jouer dans son écosystème.

Être en équilibre c’est quand on est sûr de ne pas tomber, c’est la stabilité, l’harmonie. On sait que dans un écosystème, il y a des milliers de lieux, d’animaux, de végétaux et il y a des milliers ou des millions de relations possibles entre chaque élément. Un élément peut donc être indispensable à un autre mais aussi à plusieurs autres.

Si un élément est affecté, il peut occasionner des effets pouvant nuire à d’autres éléments selon une réaction en chaîne et bouleverser l’écosystème. Comme un trou dans un filet qui s’agrandit parce qu’une seule maille en retenait quatre autres et les quatre autres en retenaient d’autres…

https://www.theforestacademy.com/merveilleuse-biodiversite/la-biodiversite-d-un-ecosysteme/#.WekE-63BKi4

  -.-

Qu’on soit clair, L’HOMME NE DETRUIRA PAS LA PLANETE ! L’Homme n’est que de passage sur Terre, il n’est pas l’être vivant ultime qui survivra toujours... Sachez que la planète, pour exister n’a besoin que de trois choses :
– Des cyanobactéries. Ce sont des bactéries vivant dans l’eau qui font de la photosynthèse, elles sont plus ou moins à l’origine de la vie sur Terre, d’ailleurs, un quart de l’oxygène actuel présent dans l’Atmosphère vient de ces cyanobactéries…
– D’eau. Parce que l’eau permet la vie TELLE QU’ON LA CONNAIT.
De lumière. Car la lumière permet la photosynthèse, et donc l’oxygène, la respiration…


Et si vous avez bien lu, il n’y a pas marqué Humanité dans ces trois choses. Et c’est là qu’on vient à l’hypocrisie collective des « écologistes ». Les gaz à effet de serre, les produits polluants, tout ça ne détruira pas la Terre, mais détruira les conditions de vie nécessaires à l’Humanité ! La planète, elle, dans plusieurs millions d’années, aura effacé toutes les traces de notre existence …

http://hitek.fr/actualite/ecologie-ecosysteme-homme-planete_5744

-.-

Notre système immunitaire et les bactéries

L’occasion de mourir nous est donnée plusieurs fois par jour. Le cancer nous assaille, la moisissure se propage, des bactéries nous grignotent et des virus nous infectent. Et plusieurs fois par jour, on nous sauve la vie. Les cellules bizarres qui prolifèrent sont massacrées, les spores de champignons exterminées, les bactéries passées à la moulinette et les virus pourfendus. Ce service attentionné, c’est notre système immunitaire qui nous le rend, avec l’aide de nombreuses petites cellules. Il a sous sa direction des experts spécialisés dans la reconnaissance de l’envahisseur, des tueurs à gages, des chapeliers et des pacificateurs.

Giulia Enders, Le Charme Discret de l’Intestin

-.-

Nous luttons jour après jour contre le chaos. Combien de fois nos parents nous ont-ils ordonné de ranger une chambre ô combien chaotique ? Quelles capacités faut-il pour réussir à tirer au crayon un trait parfaitement droit ? D’un côté nous tentons d’attendre ce que la pensée commune qualifie de perfection, d’un autre nous savons que les irrégularités témoignent d’une authenticité qui est gage d’une qualité intemporelle. Que dire face aux tomates trop parfaitement rondes et rouges qui poussent à toute heure du jour et de la nuit, quelle que soit la saison ? Que penser de ces blocs architecturaux qui délimitent nos banlieues ? Vous savez aussi bien que moi qu’une certaine part d’humanité, bien que tendant vers une certaine évolution, a besoin de cette part de chaos, d’authenticité.

http://lephilosoft.blogspot.ch/2011/07/leloge-du-chaos.html

-.-

Si vous vous accrochez à la nature, à ce qu’il y a de simple en elle, de petit, à quoi presque personne ne prend garde, qui, tout à coup, devient l’infiniment grand, l’incommensurable, si vous étendez votre amour à tout ce qui est, si très humblement vous cherchez à gagner en serviteur la confiance de ce qui semble misérable, – alors tout vous deviendra plus facile, vous semblera plus harmonieux et, pour ainsi dire, plus conciliant.

Rainer Maria Rilke / Lettres à un jeune poète

-.-

Harmonie du soir

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir;
Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir;
Valse mélancolique et langoureux vertige!

Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir;
Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige;
Valse mélancolique et langoureux vertige!
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir…..

Charles Baudelaire

-.-

Il pleure dans mon cœur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon cœur ?

Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits ! 
Pour un cœur qui s’ennuie,
Ô le chant de la pluie !…

Paul Verlaine, Romances sans paroles 
(
Mélancolie en harmonie avec le paysage…)

  1. -.-

“Vous travaillez pour vous maintenir au diapason de la terre et de l’âme de la terre.
Car être oisif c’est devenir étranger aux saisons, et s’écarter de la procession de la vie qui marche avec majesté et fière soumission vers l’infini.
Quand vous travaillez, vous êtes une flûte, où, à travers son coeur, les soupirs de vos heures se métamorphosent en mélodie.
Qui parmi vous souhaiterait rester tel un roseau vierge de son, alors qu’autour de vous tout chante à l’unisson ? 
Il vous a toujours été dit que le travail est malédiction et le labeur un malheur.
Mais moi je vous dis que quand vous travaillez vous oeuvrer à réaliser une parcelle du rêve le plus ancien de la terre, qui vous fut attribué quand naquit ce rêve,
Et
vivre en harmonie avec le travail c’est en vérité aimer la vie,
Et aimer la vie à travers le travail c’est être initié au secret le plus intime de la vie.

Kahlil Gibran, Le Prophète/ Le Travail

  1. Harmonie dans la création artistique

Dans la théorie de la musique occidentale, l’harmonie étudie la construction des accords, les principes qui les gouvernent et leurs enchaînements ; on parle alors de l’aspect « vertical » de la musique par opposition à la dimension « horizontale » . Ce terme peut cependant recevoir plusieurs autres sens, en relation ou non avec la musique et les sons.

Il est dérivé du grec harmonia, signifiant « arrangement », « ajustement », et désignant plus précisément la manière d’accorder la lyre. ….

Cependant, même dans ce domaine précis, le terme peut revêtir différentes significations — historiquement liées — depuis la plus large — composante musicale intégrant des simultanéités —, jusqu’à la plus étroite — science des accords —, en passant par les différentes évolutions du concept au XXe siècle.

  1. https://www.lire-les-notes.com/definition-harmonie.html

-.-

  1. Violence harmonique et dysharmonique

    1. Comment exprimer la virtuosité du sentiment ? Jouer de la gamme acoustique des émotions, oubliant parfois les transitions, respectant ainsi la chute de l’être, sa fondamentale et douloureuse dysharmonie. Ces sons qui blessent. Passer du grave à l’aigu en une demi-seconde, ou de l’aigu au grave… c’est exprimer le déchirement de l’être, pris dans la violence du choc des contraires : la dimension aérienne de notre être est confrontée à toute la gravité, à toute la pesanteur de notre vie terrestre. Lutte dysharmonique entre ces deux dimensions de l’être.

    2. Que l’on préfère la violence  ouverte de la dissonance ou cette violence souterraine – douloureuse mélancolie de l’harmonie acoustique – la violence reste ce phénomène poignant. Poignante dysharmonie, poignante harmonie. La note de musique dysharmonique ou superbement, douloureusement harmonique, c’est toujours ce à quoi nous ne sommes pas préparés, ce qui nous étonne et donc nous touche, nous émerveille et nous perd.…

http://vivir-sentir-escribir.over-blog.com/article-violence-harmonique-et-dysharmonique-108291372.html

-.-

  1. « Ich sage euch: man muss noch Chaos in sich haben, um einen tanzenden Stern gebären zu können. Ich sage euch: ihr habt noch Chaos in euch. » 

  2. “Je vous le dis : il faut porter encore en soi un chaos pour pouvoir mettre au monde une étoile dansante.”

  3. Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra 

  4. -.-

Cela me rappelle Jaffa où, en entrant, je humais à la fois l’odeur des citronniers et celle des cadavres ; le cimetière défoncé laissait voir les squelettes à demi pourris, tandis que les arbustes verts balançaient au-dessus de nos têtes leurs fruits dorés. Ne sens-tu pas combien cette poésie est complète, et que c’est la grande synthèse ?

Gustave Flaubert, Lettre à Louise Colet

-.-

Le réel résulte de la combinaison toute naturelle de deux types, le sublime et le grotesque, qui se croisent dans le drame, comme ils se croisent dans la vie et dans la création. Car la poésie vraie, la poésie complète, est dans l’harmonie des contraires.

Victor Hugo, préface de Cromwell

-.-

  1. Harmonie avec les autres

Vivre en harmonie, c’est être en accord, en union avec un ensemble de choses ou de personnes, sur le plan des sentiments, des idées, des actes. Cela peut-être envers soi-même ou son entourage. Oser être soi-même avec les autres, c’est risquer d’être parfois en désaccord, avec ceux qui nous entourent, ceux que nous aimons….Depuis notre plus jeune âge, nous avons appris à cacher ou à enfouir nos émotions, nous cherchons à faire plaisir, à être reconnus ou à être parfait, mais que cherchons-nous au fond ?

Chantal Feugnet

http://www.chantalfeugnet.com/pages/articles-de-presse/vivre-en-harmonie-et-oser-etre-soi-meme.html

-.-

« Une musique sans fausse notes, ce serait insipide. C’est la même chose dans la vie. Une vie sans fausses notes cela n’existe pas.  Nous sommes tous porteurs de fausses notes, nous sommes tous maladroits, nous faisons tous des erreurs. Cela fait partie de notre expérimentation d’être humain. La question est : qu’en fait-on ? Une fausse note pour moi, c’est une fenêtre qui s’ouvre avec plein de nuit derrière dans laquelle, il nous faut mettre du jour. Nos erreurs servent à nous affiner. …

Quand on dit à quelqu’un tu ne mérites pas ceci, de toute façon tu n’y arriveras jamais, tu te prends pour qui, c’est trop dur pour toi, quand on est dans cette attitude là de condamnation on empêche l’autre de rayonner et on finit par le détruire. Lorsqu’on pose un regard amoureux sur l’autre, on lui  permet de donner le meilleur de lui -même. Et puis lorsque on s’autorise enfin à aimer, pleinement,  on devient alors un véritable aimant et on attire encore plus  d’amour. L’abandon mène à l’abondance « .

Extraits repris du site « la révolution intérieure », Marc Vella

http://pnl-info.typepad.com/pnlweblog/2012/12/eloge-de-la-fausse-note.html

-.-

Vous êtes nés ensemble, et ensemble vous serez pour toujours.
Vous serez ensemble quand les blanches ailes de la mort disperseront vos jours.  
Oui, vous serez ensemble même dans la silencieuse mémoire de Dieu.  
Mais laissez l’espace entrer au sein de votre union.  
Et que les vents du ciel dansent entre vous.  
Aimez-vous l’un l’autre, mais ne faites pas de l’amour une chaîne. 
Laissez le plutôt être une mer dansant entre les rivages de vos âmes.  
Emplissez chacun la coupe de l’autre, mais ne buvez pas à la même coupe.  
Donnez à l’autre de votre pain, mais ne mangez pas de la même miche.  
Chantez et dansez ensemble et soyez joyeux, mais laissez chacun de vous être seul.  
De même que les cordes du luth sont seules pendant qu’elles vibrent de la même harmonie.  
Donnez vos cœurs, mais pas à la garde l’un de l’autre. 
Car seule la main de la Vie peut contenir vos cœurs.  
Et tenez-vous ensemble, mais pas trop proches non plus :  
Car les piliers du temple se tiennent à distance,  
Et le chêne et le cyprès ne croissent pas à l’ombre l’un de l’autre.


Khalil Gibran, Le prophète / Le Mariage

  1. -.-

  1. Harmonie avec soi-même

” L’exigence de la perfection met au pinacle des femmes et des hommes d’exception que la foule adore.
Mais pour quelques-uns encensés, combien sont ignorés, méprisés, oubliés, démolis ?
Mesurons là tout le gâchis d’humanité.
Ne cherche pas à être parfait, ne cherche pas à faire bien pour être meilleur qu’un autre.
Cherche à faire au mieux pour toi et offre humblement cela au monde. Pour ça, sois, simplement.
Etreins, avec délicatesse, ce que tu es ; et ce que tu es est magnifique.
N’en doute pas.
Tu es un être spacieux, déjà réalisé.
Retiens ceci :
tu es de l’or pur.
Quand tu fais quelque chose,
mets tout ton cœur, juste cela.
En vérité, l’acte réalisé avec ta pleine présence suffit.
Tu verras alors que dans l
’imperfection de ton trait, de ton geste, de ton mot, de ton verbe, il y aura tout le vibrant de la vie.
Regarde dehors, une forêt, observe les branches d’un arbre : sont-elles parfaitement courbes ou droites, sont-elles parfaitement douces et lisses ? Non, elles sont tordues et rugueuses. Regarde partout dans la nature, tout est incertain et libre et c’est cela qui est bouleversant.
Et c’est parce que tu es imparfait que tu es si bouleversant. Ton imperfection est miroir de la perfection.
Alors n’aie plus honte d’être qui tu es.
Dans l’écoute de toi-même, affine-toi, jusqu’à comprendre que,
dans ta faille, se trouve toute l’aventure de ta vie.
Vole !
N’aie pas peur de l’abîme car l’abîme, c’est Le grand rendez-vous.
Dans ta souveraineté enfin retrouvée, tranquillement, accorde-toi la totalité de la vie, souris, déploie avec douceur tes ailes et vole vers ton soleil.
Il se peut que tu n’y arrives pas tout de suite, mais ne t’inquiète pas ; tu as le temps, car l’infini habite ton cœur.”

Marc Vella, auteur de L’éloge de la Fausse Note

http://naturalwriters.org/eloge-de-la-fausse-note

La psychologie de Jung tourne d’ailleurs toute entière autour de ce concept qui rejoint le symbole “Yin et Yang” des Orientaux.

Il ne s’agit pas de faire “disparaître” les côtés antagonistes en nous mais, après les avoir reconnus, de les harmoniser, de les “unir“, de les “marieren quelque sorte…il s’agit, par la conjonction, de les “transfigurer” afin de donner naissance à une conscience personnelle toujours plus “différenciée”, toujours nouvelle…fruit de l’union du conscient et de l’inconscient. 

Il s’agit de dépasser la dualité, le conflit, le “choc des contraires” pour aller vers une réunification harmonieuse qui amène la paix et la fécondité dans notre vie psychique.

http://grandsreves.over-blog.com/article-yin-yang-jung-ou-la-conjonction-amoureuse-des-contraires-115597491.html

-.-

La conjonction des opposés constitue l’expérience la plus immédiate du divin que la psychologie puisse, en définitive, saisir.

C.G. Jung, Les racines de la conscience

-.-

« Comment faire pour être en accord avec son harmonie intérieure ? La musique nous enseigne que l’harmonie n’est pas constituée que d’une seule note. Ce serait d’ailleurs ennuyeux. Tout l’art consiste à faire retentir tout ce qui est en nous de telle sorte que les sons ne soient pas discordants, mais au contraire qu’ils vibrent au diapason d’une grande harmonie. La musique ne devient pas nécessairement belle grâce à une harmonie continue, mais lorsque l’harmonie émerge des oppositions chromatiques. Mozart, plus qu’aucun autre compositeur, l’avait compris. Sa musique fait vibrer toutes les cimes et tous les tréfonds de l’âme humaine : le deuil et la joie, la peur et la confiance, l’amour et la haine. Lorsque tous les sentiments résonnent, ils aspirent toujours à se mettre en résonance avec une harmonie supérieure. »

Anselm Grün, « Être en harmonie, oublier ses soucis, simplement vivre »

-.-

Au fond, c’est la relation qui met en mouvement tout l’univers. C’est la relation qui crée l’ordre dans l’univers, c’est la relation qui donne une sorte d’affinité à chaque meuble dans un ameublement. Un fauteuil tout seul ne dit rien. Mais un fauteuil en harmonie avec la table, en harmonie avec la bibliothèque, en harmonie avec le papier peint, en harmonie avec le lustre, cela peut donner quelque chose d’immense comme une musique. A plus forte raison, dans l’homme ce qu’il y a de plus précieux est constitué par une relation. Cette relation qui fait qu’un homme n’est plus clôturé, enfermé en lui-même, mais que toute sa vie est un mouvement vers un autre, et finalement vers l’Autre majuscule, qui est le Dieu vivant.

Maurice Zundel

http://www.mauricezundel.com/fr/component/content/article.html?id=1181:toute-personne-cest-je-est-un-autre

-.-

Quand nous entendons le matin le merle qui roule dans un jeu d’eau la perle de son chant, nous avons l’impression que le monde commence, qu’il est tout neuf, qu’il y a là une source intarissable, que, pour le merle tout au moins, la vie aura toujours sa nouveauté. Et c’est là un symbole, et c’est là une parabole, et c’est là une invitation qui nous est adressée: en nous, à plus forte raison, il y a une infinie, une éternelle, une inépuisable nouveauté : ce chant de Dieu que nous avons à devenir, cette lumière de Dieu que nous avons à communiquer, qui doit devenir l’expression, le rayonnement et le sourire de notre visage, qui doit devenir le rythme, et l’harmonie, et la mélodie, et la danse de notre corps tout entier.

Maurice Zundel

http://www.mauricezundel.com/fr/component/content/article.html?id=1527:sommes-nous-une-facade

JP 11.2017

 

Advertisements

From → Articles

Les commentaires sont fermés.