Skip to content

Autolouange du 6 novembre 2013 : « Apprivoise ce que tu n’aimes pas trop en toi ! »

« Je te rends grâce pour le prodige que je suis !» (Psaume 139 / 14)

MISE A FEU

  • Introduction à l’autolouange
  • Ce que je n’aime pas trop en moi
  • Autolouange d’une partie de mon corps que je n’estime guère
  • Autolouange d’une de mes « allergies » à moi-même
  • Autolouange à partir d’un texte d’ « ombre » inspiré par l’évangile de Luc
  • Proclamation, si désirée, de l’une ou de l’autre ou des 3 textes inspirés
  • Cercle de parole de debriefing

 

ombre

(Source : http://www4.ac-lille.fr/~vieilleeglise/article.php3?id_article=594)

Par « engendrement mutuel » et à travers l’écriture, nous osons donner parole à l’immensité qui nous habite avec une totale humilité, nous mettre à la disposition de ce qui nous traverse avec une grande bienveillance, tout accueillir, tout contempler, tout amplifier, que cela nous paraisse négatif ou positif aiguiser notre acuité d’écoute intérieure pour trouver en soi la « veine d’or » en « état de poésie », laisser le texte se créer et devenir chant de l’univers

—————————————————————————————————————————————————————-

ETINCELLES

“Ne participe pas aux ténèbres, mais rayonne la Lumière, toujours et partout, alors les ténèbres s’enfuiront. Comment sais-tu qu’il y a obscurité ?  Qu’est-ce qui rend la chambre obscure ?  C’est la lampe qui ne brûle pas. La lampe est donc responsable. Allume les hommes et ne t’attriste pas des ténèbres. C’est ta loi. “

Gitta Mallasz, Dialogues avec l’Ange

Photo de Marie-Pier

Imaginez être aimé d’un amour incroyablement pur, complet et total. Pensez au regard le plus tendre que vous n’avez jamais vu, puis multipliez-le par dix millions, et imaginez qu’il est posé sur vous. Constamment. 

Imaginez une force d’amour qui vous connaît par cœur, dans les moindres recoins de votre être, et qui est comblée du simple fait de vous savoir vivant. Comme un parent éperdument amoureux de son enfant. Un parent amoureux fou, qui ne demande rien de plus que d’admirer son enfant. 

Imaginez un amour qui ne pourrait être diminué – ne serait-ce qu’une fraction de seconde – quoi que vous fassiez, et qui vous suit où que vous alliez. Oui, imaginez être adoré envers et contre tous, envers et contre vous, non pas pour ce que vous devriez être, ou pour ce que vous pourriez devenir, mais pour ce que vous êtes maintenant. Avec tout ce qui vous semble si beau, tout ce qui vous semble si laid, et toutes ces parties de vous que vous n’avez encore jamais osé regarder. Et ensuite, multipliez cet amour par le plus grand nombre que vous pouvez imaginer. 

Êtes-vous inconfortable? Cela vous semble-t-il inapproprié, exagéré, ou pas tout à fait mérité? Or, croyez-le ou non, c’est à ce point que vous êtes aimé. 

Marie-Pier
Matin Magique  http://www.matinmagique.com
Advertisements