Skip to content

Eté 2013 Ose la rencontre chaleureuse

 

MISE A FEU

Chauffé par ton feu intérieur, ose la rencontre chaleureuse

  • avec toi-même
  • avec l’autre
  • avec l’Autre !

BURN-IN® en parole et écriture, en salle, le 26 juin 2013 (6 personnes)

BURN-IN® sans parole le 5 juillet 2013 : annulé par manque de participants. Voir article du 7 juillet 2013 http://wp.me/p2Dm4I-bO

Programme prévu ;

Soirée et nuit à la belle étoile vers le Gantrisch, la nuit du 5  juillet 2013, inscription demandée.

Rendez-vous vendredi 5 juillet à 19h00 à  la patinoire de Marly

BURN-IN autour de notre feu sur le bord du petit lac de Gantrischseeli

Nuit à la belle étoile

Lever avant l’aube pour monter au Bürglen

Lever du soleil depuis le sommet

Retour à Marly avant 12h00 le samedi 6 juillet

DSC00098

 DSC00097

—————————————————————————————————————–

FLAMMES

BURN –IN ETE 2013 Résonances de l’atelier du 26 juin 2013,

1. Oser la « rencontre chaleureuse »

Premier duo

  • Richesse et Résonance
  • Echange
  • Nouveauté
  • Convivialité
  • Occasion et Opportunité
  • Nous
  • Temps
  • Rire
  • Entente
  • Cœur
  • Humour, Harmonie et Humeur
  • Accorder
  • Lueur et Lumière
  • Emotion
  • Union et Unité
  • Respects
  • Emergence
  • Unité
  • Surprise
  • Etonnement

Deuxième duo

  • Rassemblement, Réunit
  • Expérience
  • Nous
  • Créer
  • Oreille, Odorat, Oser
  • Nouer
  • Toucher
  • Rire
  • Ecouter
  • Concret
  • Humour, Humilité, Heureux
  • Accolade, Aimer, s’Accorder, Affinité, Aura
  • Lien
  • Entente
  • Unité
  • Respect
  • Expérience
  • Un
  • Sentir, sympathie, Sincérité
  • Energie

Troisième duo

  • Réunion
  • Ensemble
  • Nous
  • Communion, Corps
  • Oser
  • Nudité
  • Toi
  • Respect
  • Etre
  • Confiance
  • Heureux
  • Amitié, Ame
  • Légèreté
  • Emulation
  • Un
  • Rire
  • Estime
  • Union
  • Saveur
  • Enrichissement


2. Pistes pour se rencontrer soi-même au niveau du cœur

  1. Rencontre de ses propres émotions

·        Être ouvert à recevoir ce que l’autre donne

·        Accepter son émotion, oser vivre ce qui est

·        Verbaliser son émotion, la nommer  pour la faire exister comme un être distinct de soi que l’on peut extérioriser et déposer hors de soi

  1. Se rencontrer comme son meilleur ami

·        Reconnaître ses erreurs avec bienveillance

·        Rire de soi

·        Baiser sa barre de perfection

·        Se reconnaître et dans sa faiblesse, parfois fragile et manquant et dans sa grandeur, parfois plein de potentiel que l’on ose valoriser

·        Accepter les compliments sans les minimiser

3. Étymologie de « rencontre » : toute la dualité du Yin et du Yang, d’ami ou d’ennemi

  • Contra (latin)
    • « Tout proche de », comme le bébé contre la poitrine de sa mère
    • «  Face à face », comme face à un miroir, ce qui a donné pour le paysage en face de soi : Contrée (F), Country (E) et Gegend (A)
    • « A l’encontre de », comme deux trains qui viennent en sens contraire, sur les mêmes rails…et non comme deux chemins qui se croisent
    • «  En opposition », comme deux ânes attachés par une corde et l’un tire à gauche et l’autre à droite
    • « En échange de », comme un troc de toi et de moi : Tu deviens moi et je deviens toi
  • Incontra
    • « Aller contre et s’interpénétrer », comme les doigts de chaque main , losque les mains sont jointes
    • En Italien : Incontare = Rencontrer
    • En Espagnol et en Portuguais : Encontrar = Rencontrer
    • En Anglais : Encounter  = Rencontrer formellement
  • R-encontrer : En français le préfix « re » a 3 sens
    • Recul : La surprise de la rencontre et donc le repli
    • Répétition : Rencontre fortuite, suivie d’un acte de volonté, une énergie pour aller à la rencontre

————————————————————————————————————————-

ETINCELLES

  1. Ose la rencontre avec toi-même

 

Prière pour l’amour de soi

Aujourd’hui, je m’accepte tel(le) que je suis, sans me juger.
J’accepte mon esprit tel qu’il est, avec toutes mes émotions, tous mes espoirs et mes rêves, ma personnalité, ma façon d’être unique.
J’accepte mon corps tel qu’il est, dans toute sa beauté et sa perfection.
Que l’amour que j’ai envers moi-même soit si fort que jamais plus je ne me rejette, ni ne sabote mon bonheur, ma liberté et mon amour.
Désormais, que chacune de mes actions, de mes réactions, de mes pensées et de mes émotions soit fondée sur l’amour.
J’accrois mon amour pour moi-même, jusqu’à ce que tout le rêve de ma vie soit transformé et que la peur et les drames cèdent la place à l’amour et la joie.
Que la puissance de mon amour pour moi soit assez forte pour briser tous les mensonges qu’on m’a programmé à croire, tous ceux qui m’ont fait croire que je ne suis pas à la hauteur, pas assez fort(e), pas assez intelligent(e), et que je ne m’en sortirai pas.
Que la puissance de mon amour pour moi soit si forte que je n’aie plus besoin de vivre ma vie en accord avec l’opinion d’autrui.
J’ai une confiance totale en ma capacité à effectuer les choix que je dois faire.
Paré de mon amour pour moi, je n’ai plus peur de faire face à quelque responsabilité que ce soit dans ma vie, ni à quelque problème dont je trouve la solution quand il se présente.
Quoi que je veuille accomplir, puissé-je le faire avec la puissance de mon amour pour moi-même.
À partir d’aujourd’hui, je m’aime tellement moi-même que je ne fais plus rien contre moi.
Je peux vivre ma vie en étant moi-même et non en prétendant être quelqu’un d’autre dans le but de plaire à autrui.
Je n’ai plus besoin que les autres disent du bien de moi, car je sais qui je suis.
Grâce à mon amour pour moi, je prends désormais plaisir à l’image que me renvoie le miroir de moi-même. Qu’un sourire illumine mon visage et qu’il accroisse ma beauté intérieure et extérieure.
Je ressens un tel amour pour moi que ma propre présence m’est toujours un plaisir.
Je m’aime sans jugement car lorsque je me juge, il en résulte des reproches et de la culpabilité puis le besoin de me punir, de sorte que je perds de vue mon amour.
Je fortifie ma volonté de me pardonner en cet instant.
Je nettoie mon esprit de tout poison émotionnel et de tout jugement afin de vivre dans la paix et l’amour.
Que mon amour pour moi-même soit la force qui change le rêve de ma vie !
Armé de ce nouveau pouvoir dans mon cœur, le pouvoir de l’amour de soi, je transforme chacune de mes relations, à commencer par celle que j’ai avec moi-même.
Je me libère de tout conflit avec autrui.

Je suis heureux (se) de passer du temps avec ceux qui me sont chers et je leur pardonne toute injustice encore ressentie en moi.
Je m’aime tellement que je peux pardonner quiconque m’a blessé(e) dans mon existence.
J’ai le courage d’aimer ma famille et mes amis sans conditions et de modifier mes relations de la façon la plus positive et la plus empreinte d’amour.
Je crée de nouveaux canaux de communication dans mes relations, de manière à ce qu’il n’y ait plus de guerre de pouvoir, ni de perdant ou de gagnant.
Je peux travailler en équipe, pour l’amour, pour la joie et pour l’harmonie.
Mes relations avec ma famille et mes amis sont fondées sur le respect et la joie, afin de ne plus ressentir le besoin de leur dire comment penser ou se comporter.
Mes relations romantiques sont les plus merveilleuses.
La joie m’envahit chaque fois que je partage mon amour avec mon partenaire.
J’accepte les autres tels qu’ils sont, sans jugement, car lorsque je les rejette, je me rejette moi-même. Et quand je me rejette, on me rejette.
Aujourd’hui, je prends un nouveau départ.
Je recommence ma vie en ce jour avec la puissance de l’amour de soi.
J’apprécie ma vie, j’apprécie mes relations, j’explore la vie, je prends des risques, je suis vivant (e), je ne vis plus dans la crainte de l’amour.
J’ouvre mon cœur à l’amour qui est mon droit de naissance.
Je deviens Maître de la Gratitude, de la Générosité et de L’amour afin de pouvoir jouir de toutes les créations à tout jamais.
Ainsi soit-il !

Don Miguel Ruiz

 

-.-

Das Universum schwingt

und seine stille Kraft.

Lass Liebe Dich erfüllen

und tief in Deine Wurzeln dringen.

Sei das Wesen, das Du wirklich bist,

und lass die Schwingung Deines Seins

als Deine Melodie erklingen.

 

Anne Bürdel

-.-

 

 

La vie est tellement généreuse. On ne peut pas passer à côté de l’essentiel.
Nous sommes dans une société qui nous distrait en permanence de l’essentiel et de nous-même. Nous sommes “hors” de nous. Alors que cette richesse qui nous habite a besoin d’être reflétée dehors pour que nous reprenions contact avec elle.”….

S’aimer soi-même. C’est le plus difficile. Tant que nous ne somme pas en amour avec nous-même, nous sommes une fréquentation dangereuse pour les autres car nous cherchons sans cesse compensation dans la relation.

Inclinons-nous devant le mystère que nous abritons chacun….” Je te remercie de cette merveille que je suis et que Tu as crée”

Christiane Singer – La Transmission de l’Essentiel •

(Émission Racines du 13 mars 2005 sur la télévision suisse Tsr.ch)

 

 

  1. Ose la rencontre avec l’autre

 

 


JE n’existe pas. TU n’existes pas. Ce qui existe, et dans quelle lumière! c’est ce qui s’est tressé entre nous, ce qui est filé entre nos deux quenouilles, la relation, l’entre-nous.

Ce qui n’est pas, c’est toi et moi – séparés – ; ce qui est, c’est tout ce qui nous relie, tout le champ fluctuant entre nos consciences, cette intensité, cette immensité que nous partageons, cette immensité tendue comme une vaste voilure entre Dieu, les choses et les êtres.

Ce qui n’est pas, c’est l’océan et la terre – séparés – ; ce qui est, c’est la grève où ils se rencontrent, les tapis de sable qui roulent et déroulent sans se lasser leurs vagues, l’espace de leurs jeux violents et doux.

Ce qui n’est pas, c’est le pêcheur et sa barque – séparés – ; ce qui est, c’est la partance et le désir et le vent qui ensemble les fait voguer.

Les entités, les choses, les êtres n’existent pas ; ce qui existe, c’est le souffle qui les mêle et les soulève.

Christiane Singer, Terre et Ciel, février/mars 1996, Oui je choisis de naître

 

-.-

 

Il m’a fallu du temps et presque le tour du monde pour apprendre ce que je sais de l’amour et du destin, et des choix que nous faisons, mais le cœur de tout cela m’a été révélé en un instant, alors que j’étais enchaîné à un mur et torturé. Je me suis rendu compte, d’une certaine façon, à travers les hurlements de mon esprit, qu’en dépit de ma vulnérabilité, de mes blessures et de mes chaînes, j’étais libre : libre de haïr les hommes qui me torturaient, ou de leur pardonner. Ça n’a pas l’air d’être grand-chose, je sais. Mais quand la chaîne se tend et entaille la chair, quand c’est tout ce que vous avez, cette liberté est un univers entier de possibles. Et le choix que vous faites entre la haine et le pardon peut devenir l’histoire de votre vie.

 

Gregory David Roberts, Shantarem, page 11

-.-

 

Je t’aimais. Je t’aime. Je t’aimerai. Il ne suffit pas d’une chair pour naître. Il faut aussi cette  parole. Elle vient de loin. Elle vient du bleu lointain des cieux, elle s’enfonce dans le vivant, elle ruisselle sous les chairs du vivant comme une eau souterraine d’amour pur. Ce n’est pas nécessaire de connaître la Bible pour l’entendre. Ce n’est pas nécessaire de croire en Dieu pour être vivifié par son souffle. Cette parole imprègne chaque page de la Bible, mais elle imprègne aussi bien les feuilles des arbres, le poil des animaux et chaque grain de poussière volant dans l’air. Le fin fond de la matière, son dernier noyau, sa pointe ultime, ce n’est pas la matière mais cette parole. Je t’aime. Je t’aime d’un amour éternel, éternellement tourné vers toi – poussière, bête, homme.

 

Christian Bobin Le Très-Bas, page 16

 

-.-

 

 

Chaque rencontre ardente détient une pièce biscornue du puzzle qui finira par me composer une vie et qui, avec la multiplication des pièces disposées, va lentement, dans un dégradé de couleurs, laisser apparaître les grands contours, les grands thèmes de ma destinée. Et ce sont les autres qui me livrent – souvent à leur insu- la clef de mon énigme.

Dans chaque rencontre se révèle un aspect de mon être, un visage secret nage à ma rencontre dans l’eau du miroir. Les rencontres me remettent en mémoire une modalité d’être, une totalité oubliée.

 

Christiane Singer. Eloge du mariage, de l’engagement et autres folies, page 84

-.-

 

 

 

  1. Ose la rencontre avec l’Autre

 

Qu’est ce que la vie ?

C’est l’éclair

Du feu dans la nuit

 

C’est le souffle

Du bison dans l’hiver

C’est la petite ombre

Qui se hasarde sur l’herbe

Et se perd au coucher du soleil

(Blackfeet)

Sagesse des Indiens d’Amérique, La Table Ronde, page 60

 

-.-

 

La première paix – la plus importante d’entre toutes –  est celle qui vient de l’âme des hommes lorsqu’ils prennent conscience  des liens qui  les relient à l’univers et à tous ses pouvoirs, avec lequel il ne forme qu’un seul être.  Cette paix vient  quand ils se rendent compte  qu’au Centre de l’univers demeure Wakan  Tanka , et que ce Centre  est en fait partout, à l’intérieur de  chacun de nous.  Voilà la véritable paix, les autres  n’en  sont que le reflet (Elan Noir, Sioux)

Sagesse des Indiens d’Amérique, La Table Ronde, page 100

 

-.-

 

La prière, ce n’est pas : «  Donne moi ça » Parce que quand on dit cela, on se coupe de tout, on se fixe, on se borne à un résultat. Si Dieu existe, il ne va pas servir l’objet de nos désirs sur un plateau …

Etre sans attente. Se laisser ouvrir… N’être que pure écoute. Oser laisser la vie sans vouloir changer quoi que ce soit. Oser lâcher cette obligation de résultat, de réponse, et le silence peut devenir un lieu de ressource….Prendre le sous-marin de l’âme pour descendre au plus profond de moi,  pour y entendre silencieusement un conseil, une voix discrète dans les tumultes de mes caprices, qui m’indique non pas un chemin à suivre mais une direction, qui me suggère le pas à faire

 

Alexandre Jollien, Petit traité de l’abandon, Page 65

-.-

 


” Ne t’inquiète point si ton intelligence ne peut appréhender ce rien, car assurément je ne l’en aime que mieux. Il est en lui-même si précieux qu’elle ne peut l’appréhender. Ce rien, on l’éprouve plutôt qu’on ne le voit car il est tout aveugle et pleine ténèbre pour ceux qui ne l’ont pas encore beaucoup contemplé…
Qui donc l’appelle “rien” ? C’est assurément notre homme extérieur, non l’intérieur. L’homme intérieur l’appelle “tout”, car pour lui, il lui est donné de comprendre toute chose, corporelle ou spirituelle, sans en considérer aucune en particulier. “

 

Auteur inconnu du Nuage d’Inconnaissance

 

http://spiritualite3.free.fr/sages.html

 

-.-

 

 

Au sujet de la respiration :

 

Ce don de soi au cours de l’expiration culmine tout naturellement dans l’abandon, sommet de la détente entre l’expiration et l’inspiration. C’est l’entrée dans les couches profondes de l’être, là où notre volonté précisément n’intervient plus et où l’on ne peut donc que s’abandonner. L’espace de ce court instant, quelques secondes au plus, nous ouvre au mystère vertigineux : moment de la métamorphose….Savourer ce moment, demeure en lui, même s’il est encore vécu dans  la ténèbre, car «  la ténèbre n’est point ténèbre devant Toi, la nuit comme le jour est lumière… » Ps 139,12

 

Alphonse et Rachel Goettmann, Sagesse et pratiques du christianisme, pages 52 et 53

 

-.-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements