Skip to content

Hiver 2010-2011 Perçois ton Feu et fais ta trace !

MISE A FEU

FEUX D’HIVER 2010-2011

 Perçois ton Feu et fais ta trace !

  • Redécouvre la présence de ton feu dans ton histoire et sens-le autour de toi
  • Touche ce centre brûlant de vie en toi et dialogue avec lui
  • Animé par lui, va et fais ta trace dans l’hiver enneigé

Nimm dein Feuer wahr und mach deine Spur !

  • Entdecke dein Feuer aus deiner Vergangenheit wieder und spüre es um dich herum.
  • Berühre dieses Zentrum, dieses brennende Leben in Dir und kommuniziere mit ihm.
  • Dadurch animiert, geh los und mache deine Spur im verschneiten Winter.

BURN-IN en parole

En salle, au Centre Ste-Ursule Fribourg, le 12 janvier 2011

BURN-IN sans parole 

Randonnée en raquettes sur les flancs du Niremont  et rencontres autour d’un feu de bois, dans la soirée du 21 janvier.

Tempête de neige

-.-

FLAMMES

BURN-IN® du 12 janvier 2011 au Centre Ste Ursule

Perçois Le Feu et fais ta trace !

Quatre dialogues avec le Feu sacré….

 

Où étais tu ?

                        Je veillais, profond, sans Me lasser.

                        Je tissais secrètement.

                        Je maintenais ta vie même si tu ne pouvais Me reconnaître.

Merci pour les miroirs, ces feux qui venaient me réveiller.

                        J’ai besoin de rayonner.

                        Parfois tu M’étouffes!

Je laisse plutôt ce qui est autour m’étouffer.

Non, Tu as raison, c’est un choix, je peux dire OUI.

Faire en sorte que Tu jaillisses.

Ne rien faire en somme, te laisser être.

 Oui, c’est ainsi que Je te ferai vivre, source jaillissante en vie éternelle…

Tu me fais peur, qu’est-ce qu’ils vont dire ?

                        Ça, ce n’est pas ton problème.

                        De ton feu à leur feu, ils comprendront.

J’aime Te sentir mijoter, je frémis, mon cœur brûle.

Ce n’est plus “je” qui décide.

Laisse-Moi couler dans tes veines, jaillir de tes yeux, brûler dans ta poitrine.

                        Tu te souviens ?

Oui, c’est cela être vivant, ETRE vivant.

                        Alors, qu’est-ce qui t’empêche de brûler à chaque instant ?

La peur Mon cher, la peur de l’illusion, la peur de perdre

C’est en ne brûlant pas que tu perds tout.

                        Ce qui brûle, on ne le regrette jamais.

Alors viens, reste, enfin prends toute la place… oh que c’est difficile  à dire !

                        Pense-le, répète-le, souhaite-le, prie-le…

                        Et tu verras, Je suis toujours là.

 —————————————————————————————————————————————–

Je suis là.

Oui je Te sens souvent et même quand je ferme les yeux

je Te vois devenir LUMIERE…

Mes flammes ont perdu de l’intensité, du volume, elles sont devenues concises, discrètes.

Et oui … au début, je me suis surprise à regretter Tes élans… Tes crépitements… Tes danses interminables. Et puis maintenant… je déguste Ta chaleur douce, Ta lumière rassurante, Ta présence tranquille.

Oui Je te sens enracinée, sereine, confiante.

Oui Tu sens juste… grâce et avec TOI…  je suis là… maintenant… animée par une énergie et une envie de FAIRE.

 —————————————————————————————————————————————-

Je t’attends…brûle avec Moi…laisse-toi envahir !

Hum qu’il est bon de Te sentir me chauffer, me prendre, me lécher   de l’intérieur, me réchauffer l’âme

Laisse-Moi encore plus de place !

Oh oui, comment ?

Pense à Moi, mets ta main sur Moi, allume une bougie et regarde-Moi danser !

Oh ! J’ai la même aura… je Te sens et je rayonne aussi !

Youhou ! tu Me rejoins !

Que c’est bon de nous sentir ensemble… je suis habitée ! Feu ! Tu m’habites ! Quelle joie !

Oui, depuis toujours !

Reste avec moi, ne me quitte pas !

C’est Mon vœu le plus cher, jusqu’au ciel et jusqu’à l’éternité !

Merci… tout plein !

Annette

————————————————————————————————————————————–

 Qui es-Tu ?

Je suis LE VIVANT en toi

Sans Moi, pas de souffle

Sans Moi, pas de palpitations dans ton cœur

Sans Moi, pas de musique intérieure

Sans Moi, pas de joie de vivre et d’exister

Qu’attends-Tu de moi ?

Que tu arrêtes de faire à ta tête

Que tu Me mettes à l’origine de tes actes

Que tu Me sentes et Me ressentes avant de parler ou de réagir

Que tu puises en Moi la force pour oser

Que tu laisses rebondir jusqu’à Moi tout ce que tu reçois par tes 5 sens

Que Je sois Source ultime et Destination ultime de tout ton agir et de tout ton amour

Que Je sois ton souffleur à l’oreille

Et pour cet hiver en particulier ?

Que tu aies plus de respect pour toi-même, car Je t’habite !

-.-

Quatre participants

 

 

BURN-IN® du 21 janvier 2011 sur les flancs du Niremont

Perçois Le Feu et fais ta trace !

Merci  …. pour cette soirée épurante….et traversante !

oui je me suis sentie traversée à tour de rôle…. par la bise mais ça ce n’est pas un scoop !!! traversée par l’accueil chaleureux du groupe ,

traversée par cette énergie bouillonnante de la Vie que je ressens dans tout mon être….

traversée par les mémoires du passé dans la montée ….les 4 tournants de ma Vie ,c’était bon de me remémorer ces diffèrents choix …hhhhhhhhhhmmmmmmmmmmm

dont j’en regrette aucun …au contraire !!!

traversée par un sourire puis fou-rire intérieur autour du feu….  traversée par le bercement des battement de coeur dans l’utérus….

traversée par les chants…le battement du tambour…

et dans la descente…traversé par la joie…la gratitude…et une liberté intérieure

iiiiimmmmmmmmmmmmmmmeeeeeeeennnnnnnnnnnnsssssssseeeeeeeeee

pour ce qui est à venir ………..hhhhhhhhhhhhhhmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm

….

Et aujourd’hui je suis au coin du feu et je savoure mon feu intérieur et souris en pensant aux traces !!!!

Sinon j’étais quand-même contente que tu abrèges le temps ….autour du feu bisé ça traversait toutes les couches que j’ai superposé !

et en arrivant à la maison j’avais une faim de louve hihihihi…et j’ai dévoré un plat de pâtes qui m’a réchauffé les boyaux  hahahahaaaaaaaaaaaaa

Bettina

-.-

Résonances en moi après 48 heures….

«Mais où donc étais Tu, Feu sacré,

Dans cette soirée de bise glacée ?

Tu voulais vivre le feu intérieur en Inuit et en Sami ?

Je t’ai recréé leurs conditions, pardi !

Dès le départ, souffle j’étais

Dans la joute intime de vos prénoms chantés !

J’étais boule orange d’un soleil d’arctique derrière les sapins, au deuxième tournant

Et tu ne m’as pas honoré bien longtemps !

A la sortie de la forêt, en bourrasque de vent, je me suis levé pour venir à toi

En tourbillon de neige-sucre glace, j’ai virevolté jusqu’à toi

Et je t’ai enlacé de toutes parts,  en envahissante amante !

Demande à tes joues si elles n’ont pas senti mes piqûres brûlantes !

Ours polaires un peu pétrifiés sur la banquise, vous cherchiez un coin pour votre feu,

Alors que je battais la chamade dans vos cœurs, vivant en vous et heureux !

Non je n’étais pas dans les rougeurs du coucher de soleil que tu avais calculé

Non, je n’étais pas non plus dans la lueur de la pleine lune que tu avais planifiée

Nuages, nuées en dehors j’étais,

Pour que tu me cherches dedans, dans ton intimité !

Espiègle, j’ai soufflé vos allumettes une à une alors que vous tentiez d’amorcer votre feu !

Tu crois toi qu’il ne faut que du souffre et des bûches de bois pour faire un feu !

Tu oublies, mon cher, l’oxygène, le souffle, le Pneuma !

Et j’ai plaisir à te le rappeler pour ta propre flamme !

Ne m’as-tu pas senti m’engouffrer parmi les sapins

Et souffler à l’horizontale sur votre brasero ?

N’as-tu pas admiré la danse des étincelles et leur halo

Qui se glissaient entre tes jambes et filaient au loin ?

N’as-tu pas entendu mon chant insistant

Qui couvrait tes musiques, envahissant ?

N’as-tu pas senti la force des éléments hors de toi et en toi

Qui luttais pour ne pas laisser s’engourdir tes doigts?

Ne t’ai tu pas laissé ravir d’un bonheur enfantin

Par la danse-dialogue des flammes et de vos mains ?

N’as-tu pas goûté sur toute ta peau frissonnante d’humain

La vibration virile du tambourin d’Alain ?

N’as-tu pas ressenti la différence quantique

Entre les hululements poussifs des pseudo-loups d’avant le feu unique

Et ceux puissants des louves éveillées, fortes et magiques

« Qui se la pètent » d’instinct, à son départ tragique?

N’as-tu pas admiré,

Lorsque le ciel s’est déchiré,

De voir les étoiles briller

En syntonie avec les hommes et leur maisons éclairées ?

N’as-tu pas été charmé par la procession silencieuse

De lampes frontales à la queue leu leu

Ou main dans la main

Sur cet enneigé chemin ?

N’as-tu pas eu un éclair de conscience

Lorsque, cherchant Ma réponse à ta question de sens

Tu as cueilli cette modeste tige d’herbe avec détermination et aisance?

N’as-tu pas senti cette connivence de feu

Cette complicité de corps et d’âme, deux par deux

Lors de nos abraços goûteux et délicieux?

N’as-tu pas reconnu

Ma trace d’Inconnu

Dans ce que t’as suggéré

Au retour en voiture, O. ?

Je suis soufflé que tu oses me poser la question : où étais Tu ?

J’étais présent et même fortement présent !

Je n’étais juste pas…comme tu m’avais projeté !

Perçois Moi mieux dans l’instant et va, fais ta trace, humblement !»

Josy

 

ETINCELLES

 

PREPARATION : Les signes de Dieu dans le quotidien

Cher Josy,

Vaste et beau sujet !

As-tu vu le film “des hommes et des dieux” qui relate la vie d’une communauté de frères en Algérie (1996) menacés par le terrorisme islamique et finalement assassinés. Il se dégage une force de ce film remarquable. Ici la présence de Dieu, c’est la liberté, liberté intérieure, liberté de choix. Frère Christian – en face du chef terroriste armé jusqu’aux dents qui lui dit “Vous n’avez pas le choix !” – lui répond “J’ai le choix !”

Heureusement, ce n’est pas notre quotidien. Pourtant, la liberté intérieure face aux diverses pressions (travail, consommation, idées dominantes, avis des autres…) est aussi pour moi la marque du Divin. Une liberté qui n’est pas revendiquée, mais vécue à l’image de Jésus devant Pilate “Ma vie, on ne me la prend pas, je la donne !”

Sous la rubrique Moi/les autres, amour en actes.

Dans ces moments fugitifs, nous sommes au-delà de l’émotionnel, dans une paix qui ne dépend aucunement des circonstances; nous sommes complètement justifiés, les voix discordantes se sont tues, les tiraillements ont disparu, nous sommes pleinement réconciliés avec les parties les plus sombres de nous-mêmes et de notre vie. “Il se fait un grand calme” comme après la tempête que Jésus apaise.

“Tout ce que je sais du ciel me vient de l’étonnement que j’éprouve devant la bonté inexplicable de telle ou telle personne, à la lumière d’une parole ou d’un geste si purs, qu’il m’est soudain évident que rien au monde n’en est la source” C. Bobin Ressuciter.

Amitiés célestes et terrestres !

Isabelle Ott-Baechler, pasteure de l’Eglise réformée neuchâteloise.

 ————————————————————————————————-

Coucou Josy,
Oui, … j’ai pensé à un texte biblique : Ex 33, 18 – 23
C’est Moïse qui demande à voir la “gloire” ou la beauté ou splendeur de Dieu (selon les traductions…). Ci-dessous la traduction telle qu’elle est utilisé dans la liturgie:

18 Un jour, Moïse dit au Seigneur : « Je t’en prie, laisse-moi contempler ta gloire. »
19 Dieu répondit : « Je vais passer devant toi avec toute ma splendeur, et je prononcerai devant toi mon nom qui est : YAHVÉ, LE SEIGNEUR. Je fais grâce à qui je veux, je montre ma tendresse à qui je veux. »
20 Il dit encore : « Tu ne pourras pas voir mon visage, car on ne peut pas me voir sans mourir. »
21 Le Seigneur ajouta : « Voici une place près de moi, tu te tiendras sur le rocher ;
22 quand passera ma gloire, je te mettrai dans le creux du rocher et je t’abriterai de ma main jusqu’à ce que j’aie passé.
23 Puis je retirerai ma main, et tu me verras de dos, mais mon visage, personne ne peut le voir. »

“tu me verras de dos”… C’est ainsi pour les signes ou les traces de Dieu: on ne peut les dire, les lire qu’après coup… Les signes font appel à la signification, à l’interprétation, et l’interprétation est personnelle… Un signe est donc ambivalent. Dans ce sens, on peut aussi dire que Dieu n’est pas dans l’événement, Il est avec la personne face à l’événement. Et la maladie qui me tombe dessus n’est pas un signe de Dieu, mais elle me fait réfléchir et je peux en faire qch pour la vivre avec la force de Dieu, en m’accrochant à Celui que je nomme Dieu.
Ainsi également pour la création: il me semble en tant que telle, elle n’est pas forcément signe. Mais lorsque je la reçois comme un bienfait, lorsque je la regarde avec émerveillement, je peux faire le lien et la relier à la foi ou croyance qui me fait vivre.

Voilà ce qui me vient en tête. Voir Dieu de dos, c’est déjà super me semble-t-il.

Plein de moments de splendeur pour toi!
Marie-Brigitte

—————————————————————–

Salut Josy,

…..

Pour répondre à ta question et sans y passer beaucoup de temps, j’ai pensé encore à :

Expérience de l’amour inconditionnel : se savoir digne d’aimer et d’être aimé

Expérience du pardon : se savoir digne de pardon et déjà pardonné

Expérience du sacré dans l’art

Expérience du sacré dans la nature

Expérience du sacré dans la prière, méditation et le silence

Mais finalement, plus j’avance, plus je suis surpris de toutes les médiations possibles. « Toutes choses concourent » (Paul), Tout l’univers conspire…

A une prochaine,

Salutations,

Alain

——————————————————————————————————————-

Cher Josy,

Ta question : “Comment vois-tu les traces de Dieu dans ta vie?”

Quand je les vois, elles m’emplissent généralement de Joie. Je chante à l’intérieur et j’ai l’impression de n’être qu’un grand Cœur qui bat au rythme de l’univers.
Quand je les vois, parfois elles me font peur et j’ai envie de crier: Oh Dieu, tu crois que c’est facile toi, mais ici bas, dans la matière, c’est plutôt lourd ce que tu me proposes là. Eh! Tu m’entends Dieu? Que me veux-tu enfin, si même Toi tu n’es pas clair, comment veux-tu que je m’en sorte moi?
Parfois, je m’aperçois que Dieu m’a parlé lorsque les événements annoncés, oubliés, se manifestent. Parfois je suppose, je repère les traces de Dieu et je ne sais pas comment les interpréter. Mon intuition : Essayer de rester ouverte. Ma compréhension après quelques expériences : Le temps est une illusion pour Dieu, il n’existe pas. Pour Dieu, le temps n’existe pas. Tout est donc possible!
Gratitude, Sérénité.

…..
Je t’embrasse

Isabelle C.

 

Advertisements
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s